Accompagner le commerce local pour une consommation responsable

Le « défi des commerçants »

Acteurs du quotidien, les commerçants s’engagent aussi dans la démarche zéro déchet. Grâce à un travail commun et le portage de l’association Mirashop, quarante commerçants du centre-ville ont signé depuis 2016 une charte d’adhésion aux valeurs communes de lutte contre la pollution plastique. Trente-quatre d’entre eux ont déjà distribué gratuitement un sac réutilisable « ma vie dans mon sac ! ».

Ces actions complètent utilement celles du « défi familles » harmonisant l’offre et la demande sur le territoire.

Les commerces participants ont reçu le soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Pour aller plus loin, la municipalité réfléchit à la labellisation de ceux qui pratiquent les éco-gestes et sensibilisent à leur tour leurs clients. À suivre…

 

Les commerces forains itinérants s’engagent aussi !

Les forains doivent aujourd’hui trier leur cartons, cagettes bois et bio-déchets : trois flux qui sont valorisés par la suite. À Miramas, 700 kg de cartons sont recyclés lors du marché du samedi.

Prochaine étape : lutter contre les sacs plastiques non réglementaires. Mais pour une suppression complète, les forains ont besoin de vous : amenez vos sacs, cabas et contenants lors de vos visites sur le marché !

 

Développer une économie circulaire avec des entreprises du territoire

    • Éco-conception et production responsable ;
    • Réparation avec le réseau répar’acteur ;
    • Réemploi via les éco-boutiques, les ressourceries et demain des plateformes de réemploi ;
    • Recyclage pratiqué par les acteurs locaux ;
    • Réseau zéro déchet composé de trente entreprises.

    Trente emplois créés ou réorientés grâce à l’économie circulaire

    • Valoriser le foncier agricole communal pour installer des agriculteurs (élevage Saint-Désirée installé sur appel à projet en 2013).
    • Soutenir la création d’entreprise (Écocap, entreprise d’insertion de collecte et valorisation papier et carton).
    • Accompagner les réseaux comme répar’acteur et « CAP zéro gaspillage »* qui regroupent acteurs de l’ESS, collectivités, associations et entreprises pour le réemploi local, la filière déchets professionnels, le tri à la source des bio-déchets, la mutualisation d’équipements et la récupération de déchets électriques et électroniques.
      *Pôle économique et territorial de coopération économique de Camargue, Alpilles, Provence
    • Renforcer la filière par une offre de formation adaptée : formation bac+3 « chef de culture protégée » (maraîchage sous abri) au Campus Fontlongue ; formation diplômante aux métiers de réparation et valorisation (menuiserie, tailleur de pierre) au LEP des Alpilles et d’aménagement paysager au LEAP Fontlongue ; formation des professionnels aux enjeux environnementaux à travers « le défi des commerçants » ou les colloques, ateliers/groupes de travail, « petits déjeuners entreprises » et Assises du développement durable.

    Territoire en mutation, Miramas porte d’ici 2030 de multiples projets d'aménagements et des milliers de démolitions/constructions/réhabilitations de bâtiments. Dès lors, les déchets du BTP sont un enjeu écologique et économique majeur pour la ville.

    Projet « LIFE IP SMART WASTE PACA »

    Partenaire du Projet multipartite composé de 17 partenaires « LIFE IP SMART WASTE PACA » pour la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, Miramas est lauréate européenne 2018-2023. En tant que territoire d’expérimentation, elle est l’unique commune du projet. Un projet en trois phases :

    • 1. Une étude d’opportunité pour le réemploi des déchets du BTP
      Entre 2019 et 2021, une étude d’opportunité permettra d’identifier tous les projets existants et mettre en place une gouvernance territoriale pour optimiser le réemploi de matériaux entre chantiers. Si elle est concluante, la ville est prête à envisager la construction d’une plateforme de stockage et de réemploi des déchets du BTP. Tous les maîtres d'ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises intervenants sur le territoire miramasséen pourront, le cas échéant, bénéficier de la plateforme.

     

    • 2. Une plateforme de compostage et filière bio-déchets
      Les résultats de l’étude de gisement des bio-déchets menée en 2017 auprès des gros producteurs, et ceux obtenus grâce à la lutte contre le gaspillage alimentaire dans les établissements scolaires de la ville, permettent d’envisager une boucle complète d’économie circulaire dans la filière organique. Ainsi, la ville pourrait créer une plateforme de compostage pour acteurs publics et privés, capable de valoriser les déchets des gros producteurs de Miramas et des villes alentours. Objectif ? Démontrer que le compostage collectif de proximité est aussi viable que les solutions industrielles. La plateforme produira du compost à partir de bio-déchets résiduels, tout en favorisant circuit d’économie circulaire et les agriculteurs locaux.

     

    • 3. Une mission de coordination et d’animation
      Pour développer son programme d’actions ZDZG, la ville a tissé de nombreux liens avec différents partenaires locaux, nationaux et internationaux. Elle propose, dans le cadre du LIFE, de mettre à disposition son expertise et de mener une mission de coordination et d’animation sur le territoire. Le but ? Identifier et faire connaître les bonnes pratiques de prévention des déchets au sein des territoires communaux.