L’AMBITION

  • Assurer une production agricole locale, saine pour bien manger à Miramas.
  • Répondre aux enjeux de santé publique (éducation à la santé par l’alimentation) et changement climatique (agriculture bio et locale).
  • Travailler des produits locaux, frais, de saison, favorisant une cuisine « maison » sans gaspillage pour la restauration collective.


AGIR AUJOURD’HUI...

▶ En 2019, la Ville acquiert un terrain de 5000 m² dans la Zone d’activités des Molières pour la construction de la cuisine centrale.
▶ En 2023, les communes associées au projet (Grans, Saint-Chamas et Berre-l’Étang) finalisent les études de faisabilité et de fonctionnement commun de la future cuisine centrale.
 

... POUR DEMAIN

Ce projet de territoire dit « nourricier » offrira aux habitants un réseau d’approvisionnement alimentaire local, de qualité, bio et durable, privilégiant l’environnement et la santé.

Image
marché des enfants

Une cuisine centrale :

  • créatrice d’activités économiques locales agroalimentaires aux pratiques vertueuses (énergie, gaspillage, etc.),
  • lieu de formation pour les métiers liés à la restauration avec cuisine d’application.

  • 3 500 repas cuisinés par jour
  • Livraison de repas ou denrées
  • Zéro déchet, Zéro plastique
  • Création d’une plateforme d’achat d’alimentation solidaire qui garantit aux agriculteurs et producteurs locaux un prix, un volume et la récupération des invendus (Loi EGALIM)

Des projets complémentaires

Pour une santé alimentaire.

▶ La ferme Saint-Désiré : se nourrir du territoire

La ferme Saint-Désiré possède des terres que la Ville souhaite remettre en agriculture, en lien avec la Chambre d’agriculture 13. Étude en mai 2023 pour déterminer les types de culture possibles, économes en eau.

 

▶ Des potagers et poulaillers expérimentaux

Pour une pédagogie éducative vertueuse dans les écoles. 

Image
atelier jardinage

D’ici la rentrée scolaire 2026, Miramas bénéficiera d’une cuisine centrale bio et locale.

  • Pourquoi ? Bénéficier des bienfaits d’une alimentation saine produite sur le territoire
  • Qui ? Écoles, crèches, centres aérés, foyers de personnes âgées et Ehpad
  • Où ? Zone d'activités des Molières
  • Coût 7,4 M€